Andrew Pickering

Je viens de lire « New Ontologies », un article écrit par Andrew Pickering, le philosophe et sociologue des sciences britannique. J’étais très impressionné par sa vision d’une ontologie non-dualiste pluraliste et processuelle qui sous-tend des pratiques innovantes dans des domaines différents (la peinture, les sciences, les mathématiques, l’architecture, le génie civil).
Pickering commence avec le contraste entre les peintres De Kooning et Mondrian. Les tableaux de Mondrian serait les exemplars d’une approche dualiste, où le sujet se distancie du monde pour le dominer, selon un plan transcendant qui impose ses représentations abstraites sur un matériau passif. En revanche, les toiles de De Kooning participent dans l’élaboration de l’oeuvre. Il y a un va-et-vient continu entre le peintre et la toile, « entre la perception des effets émergents et la tentative de les intensifier ».L’approche dekooningienne comporte un processus immanent, concret, incarné, ouvert, d’engagement dans le monde, tandis que l’approche mondrianesque implique un processus transcendant, abstrait, désincarné, fermé, de distanciation d’avec monde. L’approche mondrianesque correspond, selon Pickering, à ce que Heidegger appelle « l’arraisonnement » de la nature, alors que l’approche dekooningienne pratique le dévoilement.
(à suivre)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Andrew Pickering

  1. Ping : William Connolly et l’ontologie du devenir | AGENT SWARM: Terence Blake's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s