Anamnèse vs Contrôle

Est-ce que la complexification croissante de nos sociétés post-modernes apporte un gain de créativité et de liberté, ou est-ce qu’on entre de plus en plus dans un régime de surveillance et de contrôle. Deleuze en analysent les modalités dans son article « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle » et dans son entretien avec Toni Negri: « Le devenir révolutionnaire et les créations politiques« . Une idée clé dans sa discussion est que la société informatisée est étroitement liée au nouveau régime de contrôle, puisque « l’information, c’est exactement le système du contrôle ». Yannick Rumpala nous avertit des possibilités de l’extension des logiques de surveillance et de contrôle ouvertes par l’adaptation de dispositifs militaires d’appareils de vidéosurveillance couplés aux drones aériens à un usage civil dans les espaces publiques. Sa conclusion provisoire:  » Il devient chaque jour plus nécessaire de relire Philip K. Dick… »

Dick parle de cette société de surveillance notamment dans SIVA, où il l’appelle la Prison de Fer Noire. Nous sommes emprisonnés dans une fausse chronologie dont le but est d’empêcher tout imprévu, tout inconnu, toute nouveauté, tout événement. Ceci est associé aux affects tristes, à la dépression, à la pulsion suicidaire, à thanatos. La seule issue est ce qu’il appelle l’anamnèse, un travail constant de perlaboration et d’éxégèse de ce qui nous est arrivé. L’anamnèse s’exprime dans l’écriture infinie, dont le meilleur exemple est THE EXEGESIS OF PHILIP K. DICK, qui vient d’être publié. Mais elle s’exprime aussi dans une sorte de patience infinie, d’éveil, d’attente, d’ouverture à ce qui arrive. SIVA se termine avec le narrateur, Philip K. Dick, réconcilié avec le monde, devant la télé, fidèle à la mission d’attendre et de rester éveillé.
Jean-François Lyotard parle en termes très similaires dans ses derniers écrits. Le postmoderne a deux faces: l’une de complexification, où ne peut exister que le prévisible et le programmable, l’autre d’anamnèse, où on se tourne vers un reste qui ne peut pas être pris dans les rêts de la complexité.

J’aime

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s