La vie transversale des post-académiques (2): éveils et dissolutions

Nous avons vu que l’analyste jungien James Hillman a éprouvé un éveil qui l’a permis de devenir à la fois post-journaliste et post-académique de façon positive, et de s’adonner à son désir de s’exprimer en son propre nom. En généralisant, nous pouvons dire qu’il est devenu post-professionnel et post-réflexif. Il a éprouvé cet éveil comme étant aussi une dissolution: « tout le côté journalistique s’est dissous en ce qui se cachait derrière, l’écriture, simplement l’écriture » (Inter Views, p98). Derrière le phantasme journalistique et le phantasme académique, et on sait que ceux qui sont prisonnier du phantasme croient voir la réalité tout court, il y a l’acte d’écrire avec ses régimes propres. Parfois il faut une ascèse et une dissolution pour arriver à quelque chose de si simple, parfois il faut un échec ou une dépression pour nous éveiller, pour dissoudre les barrières qui entourent nos devenirs avec des interdits et des préjugés.

La vraie question n’est pas tellement d’être dans l’académie ou non, d’être un « professionnel de la profession » ou non. Hillman nous raconte que lorsqu’il a démarré en tant qu’analyste il le vivait comme le contraire de s’établir dans une attitude et un comportement professionnelles. Il donne un exemple apparemment futile: « je ne me suis jamais rasé simplement parce qu’un patient venait » (p100). Ou parfois il consultait pieds nus. L’important c’est qu’il ne jouait pas un rôle pour provoquer, ce n’était pas du théatre non-conformiste. Il ne sentait pas l’obligation d’avoir le visage ou de porter les habits qui sont associés à son métier d’analyste, et on peut déjà deviner qu’il ne concevait pas le but d’une analyse comme l’adaptation aux normes sociales. Les normes, selon Hillman, sont à dissoudre pour trouver les désirs et les activités de la psyché qui se cachent derrière.

Hillman déclare: « il y a quelque chose en moi qui est très antiprofessionnel. Et c’était déjà là dès le début » (p100). Néanmoins ce n’est pas un désir de provocation ou de rébellion symbolique. Hillman ne se laisse pas piéger dans des oppositions binaires. Il nous donne le début d’une autre attitude: « Je procède simplement, composant avec ce que le jour présente » (p100). Il n’impose pas sa volonté et son phantasme aux humeurs et aux événements du jour (ou de l’année, etc.), il enchaîne selon ce qui arrive. Il accueille l’imprévu et l’inattendu tout autant que le prévisible et le programmé.

Dans une conférence Hillman affirme que cette attitude d’ouverture à l’inconnu et à l’arrivant lui vient de sa pratique d’attention aux rêves (à ses propres rêves et à ceux de ses patients). Chaque nuit nous sommes visités par l’étrange et l’inouï, des esprits et des spectres peuplent nos rêves et demandent notre accueil et notre attention. Hillman pense que cette capacité d’accepter et de prendre soin de ces visiteurs nocturnes est transférable à la vie diurne. Mais cette capacité n’est pas réservé à l’analyste. Dans beaucoup de métiers on est exposé aux évolutions surprenantes et aux événements défiant notre contrôle ou notre prévision, mais qui exigent une réponse adéquate de notre part. Les voix et les images, les étrangers et les spectres, sont partout, et la capacité de voir ce côté de la vie et de lui accorder son importance est une compétence transversale ouverte à tous.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La vie transversale des post-académiques (2): éveils et dissolutions

  1. Ping : INDIVIDUATION PSYCHIQUE: géographies, institutions, er professions | AGENT SWARM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s