UNE DISCUSSION DE DELEUZE SUR IVENS ET HEGEL

Rebloggé du blog de Jean-Clet Martin STRASS DE LA PHILOSOPHIE
May 20

Une discussion de Deleuze sur Ivens et Hegel

Euh qu’est-ce que je disais, qu’est-ce que nous disions ?
Eh bien, Ivens. Ivens vieux… Eh bien quoi au juste dans Ivens… ? Il veut rendre le mouvement. Il veut restituer dans l’image-mouvement autre chose qu’une figure. Et c’est quoi ce qu’il restitue? L’irrésolu … rien de moins. Et c’est le temps de la vague. Vous ne connaissez pas Ivens ?
-Non, pas bien…
-C’est normal, à votre âge… vous êtes encore ailleurs… Mais Ivens est celui qui, après les peintres est dans cette nécessité de restituer le temps des choses dans l’image en mouvement. C’est quelque chose, faire le mouvement. L’art, c’est des blocs de mouvement. Je ne dis pas bloc pour rien. C’est pas du tout une métaphore. Il y a un côté monumental dans l’art. Faire un monument ! C’est pas que l’art soit seulement monumental, bien au contraire, ce serait même mauvais. Le monument est quelque chose qu’il compose, avec quoi il doit composer. Et c’est moins tendre que la chair et toutes ces choses que je ne comprends pas bien. L’art, il faut que ça tienne debout, que le mouvement tienne debout, un composé de mouvement. Je sais pas trop… C’est comme la vague tout à l’heure, elle déferle, mais l’image la restitue dans une forme qui est la forme de la vague. Bon, c’est pas un exemple terrible ça. Voyons si j’ai autre chose. Il y a un cheval chez Manet qui tient debout, mais comment ? C’est tout le problème du mouvement, faire le mouvement et tenir debout. Voilà, là on a une composition. Vous connaissez ce tableau sur la course ?
-Non, je ne vois pas…
-Ouais, vous pouvez pas tout savoir…
-Vous êtes trop gentil, merci. En revanche, il me semble que c’est le problème de la philosophie, le mouvement qui tient dans le concept… Hegel peut-être ?
-Ah oui, vous vous connaissez bien Hegel, c’est intéressant Hegel. Nietzsche est allé plus loin dans le mouvement, mais un peu après lui. Et il est allé trop loin, ça l’a emmené. Il s’est laissé emmener par le mouvement. Un emportement. Il a pas pu le porter sans s’effondrer. Il n’avait pas le monument. Non, vraiment, là il n’y a rien à redire, c’est Hegel. C’est Hegel qui a introduit le mouvement dans le concept. C’est sa création. On ne peut pas tout lui ôter tout de même… C’est le grand créateur du mouvement dans la pensée. Vous parliez de Valéry tout à l’heure… Mais la danse dans la philosophie, ce rythme qui fait tenir le mouvement, c’est Hegel. La difficulté, le problème est de le suivre. Est-ce que c’est ça la dialectique ou pas ? Je ne crois pas… Il faudrait voir. Mais d’après ce que vous me dites de Hegel, à ce niveau là, la dialectique ne vous intéresse pas non plus. Le mouvement, c’est plus fort que la dialectique. Ou bien on peut le dire autrement : je disais qu’Ivens restitue le mouvement. Qu’il compose avec lui, mais autre chose que du mouvement. Manet peint un cheval qui tient debout… Bon ! Eh bien, c’est aussi le problème du concept. Quelle est la procédure par laquelle il tient debout. Mais ça, je ne le sais pas encore… Il faudrait un mot spécial, quelque chose de processuel.
 
Deleuze
(prise de note JCM, Avril 1988)
Publié: 20th May par
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s