POUR UNE ONTOLOGIE DIACHRONIQUE: pluralisme, individuation, devenirs (Feyerabend, Jung, Deleuze)

Je voudrais exprimer de façon synthétique la perspective philosophique globale qui sous-tend tout ce que je publie sur ce blog et ailleurs. Trop souvent on m’accuse de ne faire que de la “critique” ou on se fixe sur un point de détail dans mes analyses, sans situer mes critiques et mes affirmations diverses dans leur contexte général. Il y a une grande cohérence intellectuelle à tout ce que je pense et que j’écris, et pour concentrer mes énergies et faire comprendre mes élans compulseurs je veux dire, hélas dans une forme très abstraite et donc nécessairement obscure, le noyau conceptuel de mes initiatives et de mes interventions dans le domaine de la pensée. Je me dis qu’il y a presque trois ans et demi d’articles pour articuler et étoffer de façon plus concrète et plus spécifique ce que je dis ici dans sa forme la plus abstraite et la plus générale.

Mon projet théorique depuis 40 ans s’énonce dans le titre et la légende de ce blog. “Agent Swarm”  (“Agent Essaim”) et “Pluralisme et Individuation dans un Monde de Devenir”. “Agent Swarm” c’est la multiplicité active et agissante. C’est un nom pour le sentiment que le monde est composé de bien plus de choses que nos pauvres abstractions et stéréotypes n’admettent, que derrière chaque unité il y a une multiplicité d’éléments (pluralisme) agissants. Ce pluralisme ontologique n’est pas statique, chaque élément individuel n’est pas seulement un composé mais est aussi un flux singulier, un processus de composition de sa propre individualité (individuation). Ainsi le monde ne peut pas être subsumé par le temps extensif et quantifié de l’horloge et du calendrier mais comporte une multiplicité de temps qualitatifs, un emboîtement et un enchevêtrement d’évolutions (devenirs) sans point de départ et sans terme final.

Mon argument est que c’est trois paramètres (pluralisme, individuation, devenirs) composent ensemble un espace théorique cohérent qui est commun à l’ensemble de penseurs que je trouve intéressants et utiles aujourd’hui, dont la pensée est actuelle, féconde, riche en inspirations affectives et en stimulations conceptuelles. Si je voulais décomposer ce “bloc” philosophique (mais justement il ne le faut pas), je pourrais dire que je tiens le pluralisme de l’œuvre épistémologique de Paul Feyerabend, l’individuation de la psychologie de Carl Jung, et le devenir de l’ontologie de Gilles Deleuze. Mais chacun de ces penseurs dépasse l’étiquette disciplinaire qu’on accole habituellement à ses recherches (épistémologie, psychologie, ontologie) et touche à l’ensemble de ces domaines, et leur œuvre mobilise et exemplifie la synthèse vivante des trois composantes.

Jadis j’appelais cet espace théorique commun le “pluralisme”, mais c’était sans compter avec le pluralisme d’un Badiou, qui décrit un monde de multiplicités certes, mais sans accorder de place essentiel au devenir. Badiou propose une forme “synchronique” du pluralisme, ce qui représente une régression conceptuelle importante par rapport à ses anciens partenaires dialogiques (Foucault, Deleuze, Lyotard, Derrida). Donc plus récemment j’ai privilégié le terme “ontologie diachronique” pour mettre l’accent sur les devenirs et les processus d’individuation, mais il faudrait comprendre toujours “ontologie pluraliste et diachronique”.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s