L’ONTOLOGIE OBJECTUELLE: un idéalisme moniste abstrait

L’ontologie objectuelle développée par Graham Harman annonce un retour aux objets en dehors de toute visée humaine. Au nom du réalisme métaphysique, elle décrit un monde d’objets réels qui se retirent de toute relation. Se présentant comme une philosophie du concret, elle tombe dans des apories irrésolvables. Sa thèse du “retrait” des objets semble à première vue libérer les objets de l’emprise du sujet humain, mais au prix de les expulser de toute expérience possible, et ainsi de toute investigation empirique. Seules l’intellection philosophique et l’allusion artistique peuvent accéder, par une saisie oblique, partielle et incertaine, aux objets réels. La prétention au concret cède le pas à une abstraction spéculative dont les deux piliers sont la réduction aux objets (le monde se réduit aux objets) et l’abstraction objectuelle (les objets se retirent).

Dans un texte censé rassembler son ontologie autour de 2 principes fondamentaux, Graham Harman (l’inventeur de la philosophie orientée vers l’objet) écrit:

“1. Individual entities of various different scales (not just tiny quarks and electrons) are the ultimate stuff of the cosmos.

2. These entities are never exhausted by any of their relations or even by their sum of all possible relations. Objects withdraw from relation.

The rest of my philosophy follows from these two points, I think”.

Je traduis:

1. Les entités individuelles d’échelles différentes diverses (pas seulement les minuscules quarks et électrons) sont l’étoffe ultime du cosmos.

2. Ces entités ne sont jamais épuisées par aucune de leurs relations ni même par la somme de toutes leurs relations possibles. Les objets se retirent de la relation.

Le reste de ma philosophie découle de ces deux points, à mon avis.”

On peut nommer ces deux thèses le principe de la réduction objectale et le principe du retrait des objets.

Il faut remarquer que ces deux principes sont incompatibles entre eux. Les objets se retirent des relations, et ainsi se soustraient à toute expérience et à toute cognition, et sont à proprement parler invisibles, intangibles, et inconnaissables. L’objet tel qu’il est connu par le sens commun et même par les sciences, est un “fantôme” ou un “simulacre” selon Harman. Donc le principe de réduction objectale est trompeur lorsqu’il donne des exemples scientifiques (les minuscules quarks et électrons).

Plus grave encore, le deuxième point, le principe de réduction, exhibe une tension entre le début, qui parle de l’inépuisabilité de l’objet, et la fin, qui parle du retrait de l’objet. Si l’on envisage ces traits comme des mouvements, on verra que le mouvement du retrait appartient à l’objet réel, qui se soustrait de tout savoir et de toute expérience. En revanche, le mouvement d’expression inépuisable appartient aux manifestations “sensuelles” (au sens le plus général, qui inclut le cognitif) de l’objet, à proprement parler ce sont les simulacres qui sont inépuisables. L’objet réel lui est épuisable, il est épuisé par son retrait, c’est pourquoi on ne peut rien en dire, on ne peut pas en donner un exemple.

Cette “inépuisabilité” contradictoire est l’indice de l’échec de cette philosophie objectuelle comparée au pluralisme de Gilles Deleuze et de quelques autres (Lyotard, Latour, Stiegler, Laruelle). C’est l’ombre négative d’un principe pluraliste partagé par les grandes philosophies pluralistes que Harman voudrait dépasser d’un bond qui le ramène en fait loin derrière les avancées du “post-structuralisme”. Ainsi, on est en droit de qualifier la philosophie objectuelle proposée par Harman de “demi-post-structuralisme”.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s