BADIOU ET LA PENSÉE DANS UNE SITUATION VIDE

Badiou sur la vie bonne dans une époque vide, commentant Hypérion de Hölderlin

“La contemporanéité de ce roman est très frappante parce qu’au fond ce sur quoi Hölderlin médite à propos de la situation nationale grecque, c’est sur qu’en est-il des leçons de la Révolution dans un contexte qui n’est pas celui de la Révolution elle-même, tout ça repris dans le style allégorique de Hölderlin. En fin de compte, ça veut dire : quel usage peut-on faire de l’idée révolutionnaire quand la situation ne l’est pas ? C’est quand même un peu de ça qu’il s’agit. Cette méditation me semble contemporaine à vrai dire. Il y a en particulier une capacité de Hölderlin à saisir ce que c’est qu’une situation en apparence vide, une situation dont on pourrait dire que toute idée s’est absentée et que donc nous devons faire face sans médiation à sa vacuité politique, historique, nationale, tout ce que vous voulez. Ce que Hölderlin fait dire à son héros, Hypérion, un jeune homme – car c’est vraiment le roman de la jeunesse confrontée à l’histoire – c’est qu’il faut être d’autant plus dans le calme de la pensée que la situation est vide. On ne peut pas remplir une situation vide par des imprécations contre le vide. Il faut, au contraire, être à la hauteur de ce vide d’une façon qui laisse jouer la pensée dans sa propre certitude”.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s