Le “nouveau” réalisme est une nouvelle imposture

Les “nouveaux” réalistes, c’est comme les “nouveau philosophes” des années 1970s: il n’y a rien de nouveau sauf le label. En dehors de tout ce marketing nouveau, Bruno Latour, Bernard Stiegler, et François Laruelle élaborent depuis des décennies, chacun de façon différente, une philosophie réaliste. De même, leurs prédécesseurs immédiats (Deleuze, Lyotard, Foucault, et Derrida) continuaient le réalisme de leurs éducateurs. Il n’y a jamais eu de rupture de continuité dans l’hypothèse réaliste, et le récit historique présentant le “corrélationisme” comme philosophie dominante des 60 dernières années est un phantasme ridicule.

La vraie opposition n’est pas entre un courageux retour au réalisme et un anti-réalisme hégémonique mais dépassé par les nouveaux penseurs du réel. Plus profondément il s’agit de prolonger l’approche pluraliste au réel des penseurs post-structuralistes (ce que Latour, Stiegler, et Laruelle s’efforcent de faire) ou de régresser, de retourner en arrière en oubliant ou en ignorant ces avancées.

Le nouveau réalisme est un monisme régressif qui se donne les allures de percée intellectuelle en misant sur l’oubli et l’ignorance du passé.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Le “nouveau” réalisme est une nouvelle imposture

  1. LitsaDorienn says:

    Que veux-tu dire par “monisme régressif”?

    Like

  2. terenceblake says:

    Une pensée qui sous prétexte d’aller plus loin que la pensée post-structuraliste est en fait un retour à une vision plus simpliste du monde.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s