Démocratiser vs Binariser: Laruellos (Auto-)Agonistes

François Laruelle dans l’Avertissement à son livre « Une Biographie de l’Homme Ordinaire » (1985) parle de la déception liée à « quelque indignité institutionnelle » comme source de sa pensée. J’ai argué ailleurs que même un avancement institutionnel pourrait constituer une « indignité » noétique.

Où est quand Laruelle s’est-il fourvoyé? À quel moment a-t-il trahi sa propre pensée? Je crois que les prémices de cet auto-trahison sont déjà présentes dans l’œuvre inaugurale de sa « Philosophie II », Une Biographie de l’Homme Ordinaire. Ce n’était qu’un « entrebâillement », pas une ouverture franche.

Dans ce livre Laruelle parle de nouveau « paradigme » de la pensée, mais se perd entre les deux pôles d’innovation et de normalisation (Popper vs Kuhn).

Après la percée incomplète cristallisée dans sa Philosophie II Laruelle s’est confondu avec son propre personnage conceptuel, le « non-philosophe » et s’est mis à réaliser le programme de ce fantôme plutôt que poursuivre sa propre œuvre.

L’auto-trahison de Laruelle s’appelle les Philosophies III et IV. C’est seulement avec sa Philosophie V qu’on trouve les traces d’un mouvement de libération opéré face à son propre Malin Génie.

C’est seulement vers la fin de cette nouvelle phase, dans son TETRALOGOS (2019), que Laruelle se fournit, en partie à son insu, les ressources pour une auto-critique de son long fourvoiement.

Dans l’Avertissement à « Une Biographie de l’Homme Ordinaire » Laruelle parle de l’origine affective de sa « vivacité anti-philosophique » dans une « passion déçue ». C’est bien, mais trop binaire.

Mon propre rapport à la pensée de Laruelle est « vivace » et intensive, son œuvre m’inspire et concepts et critiques et passion et déception, tout un champ d’intensités, sans hiérarchie. Il faudrait que Laruelle règle son propre binarisme.

Laruelle n’est le propriétaire d’aucun mot, concept, posture. J’étais attiré par son œuvre parce que j’avais mes propres passions, vivacités, et déceptions déjà, bien avant de rencontrer ses livres. La démocratie de la pensée est un réel qu’il ne peut pas régler, normer ou calculer. Ni binariser.

Dans la conclusion de l’Avertissement à Une Biographie de l’Homme Ordinaire Laruelle évoque son équation personnelle dans des termes binaires. D’un côté son « entreprise » transcendantale (à labourer), de l’autre « la part humain, trop humain » (dont il faut « respecter…l’intimité du drame »).

Ce binarisme (concept/affect) est d’autant plus étonnant que l’Avertissement, comme le livre tout entier, est un plaidoyer pour la « réconciliation » dans une vision unaire des deux termes. Cette équation à deux variables n’est jamais résolue par Laruelle dans la suite de son œuvre, mais seulement escamotée.

Note: je remercie Gilles Grelet pour une série de réflexions sur twitter qui m’ont poussé à clarifier mes propres idées.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 4.1 Science and Objects

Pluralism, real multiple, the One is the mark of the multiple, transcendental science vs empirical sciences, real comparison vs metaphorical comparison, the quantum connection, change in the modes of visibility and objectivation of objects, object-oriented ontology, ob-jects vs objects, « fields » as philosophical posits.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN – Synthesis 2: SCIENCE AND DEMARCATION

Synthesis to Introduction Section 3 – From Philosophy to Theory: The Science of Ordinary Man

After a reflection on his own methodology in relation to that of the sciences in Sections 1 and 2 Laruelle goes on to consider five criteria of demarcation between the science-paradigm and the old Greco-unitary paradigm: naiveté, absolute science, real theory, description, humanity.

The guiding thread of the five criteria is testability versus circular self-validation.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 3.5 Human

From Philosophy to Theory 5: « human » is not a predicate, human = theory, noesis vs cognition, aliens, extraterrestrial intelligence, empirical claim or definitional posit, anthropology of science, sociology of science, Bruno Latour, Pierre Bourdieu, the cutting edge of the 1980s

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Graham Harman’s THE THIRD TABLE: A Revelatory Episode

Graham Harman’s THE THIRD TABLE is now officially available free online: http://bettinafuncke.com/100Notes/085_Harman.pdf

Do not miss this quintessence of OOO, an essay that shows its intellectual bankruptcy, without the usual smokescreen of ad hoc epicycles.

My analysis is available here: https://terenceblake.files.wordpress.com/2015/06/graham-harmans-the-third-table.pdf

I reproduce here my balance-sheet for this revelatory episode:

THE THIRD TABLE is very interesting and revealing, as it contains a concise overview of the central themes and arguments of Harman’s object-oriented philosophy. The style is quite engaging as Harman manages to expound his ideas in the form of a response to Sir Arthur Eddington’s famous two table argument.

This argument famously contrasts the familiar solid, substantial table of common sense with the the insubstantial swarm of particles moving rapidly in mostly empty space that constitutes the table as modern physics envisages it. Referring to Eddington’s classical argument allows Harman to couch his own analysis in terms of a running engagement with reductionism, in both its humanistic and scientistic forms.

To overcome the conflict between Eddington’s two tables, Harman declares that neither table is real, both are “utter shams”, and posits the existence of a “third table”, the only real one, existing in a withdrawn mode, “deeper” than all apparent (scientific, artistic, or everyday) objects. This real table is meant to exemplify the sort of object revealed by OOP’s new nonreductionist approach. It exemplifies rather OOP’s monism.

These real objects are radically non-empirical, they are invisible, inaudible, untouchable, undetectable by any scientific process, unimaginable, and unknowable. They are not even subject to time, which Harman declares to be unreal.This is what constitutes OOP as a synchronic ontology.

Real objects are forever inaccessible, hidden behind an impenetrable veil of withdrawal. There is no conceivable mode of access to them, nor method of gaining knowledge about them. However their existence can be known to the object-oriented philosopher by means of an unspecified intellectual intuition and alluded to indirectly by artistic means. This is OOP’s élitism.

Finally, I compare Harman’s OOP with Paul Feyerabend’s ontology and conclude that OOP is a naïve, dogmatic, and self-contradictory form of negative theology. It is caught in the contradiction of affirming the unknowability of the real, and of somehow knowing that it is constituted of objects. This is OOP’s self-contradicting apophaticism. It is a cataphatic onto-theology presented as if it were apophatic.

In conclusion, the ontological investigations undertaken on this blog have crystallised around four criteria, in favour of an ontology that is pluralist, diachronic, apophatic, and democratic. These criteria are heuristic rules of thumb that allow us to evaluate diverse contemporary philosophical research programmes in terms of their degree and mode of satisfaction of each of these criteria. Harman’s OOP is a complete failure when examined in terms of this set of criteria: it is a monist, synchronic, cataphatic, and anti-democratic ideology.

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 3.4 Description

From Philosophy to Theory 4: humans as theory and experience, description as experience, how to be transcendentally unreflective, subject vis-à-vis ob-jects, the real object, the circular encyclopedia of known predicates and their combinations, not before (vis-à-vis) ob-jects but before (primary to) unitary-philosophical prejudices, there are no pure phenomenological intuitions, the question of visibility: real phenomenal givens as invisible « dark matter ».

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 3.3 Theory

From Philosophy to Theory 3: From Philosophy to Theory 3: philosophy is essentially practice, humans are theory, « care » as practice vs « care » as rigour, philosophical operations, the encyclopedia of known predicates, missed opportunities, dialogue vs discussion, semantic ascent, conceptual grammar and semantics vs linguistic grammar and semantics, philosophy treats theory as a predicate and thus as part of a mixture, nothing-but–theory as disinterested contemplation.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 3.2 Anhypothetical Science

From Philosophy to Theory 2: against the cogito, real or absolute science of humans vs philosophy as hypothetical « science », breaking the circle, criteria, demarcation, testability, experience, trial and error, dialogue vs discussion, semantic ascent, philosophical magic, real magic, all-or-none logical exclusion vs degrees of human sufficiency.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

DUNA NOVA: notes sur DUNE Villeneuvisée

Les compte rendus positifs de DUNE sont souvent très intéressants mais un peu trop euphoriques. J’ai adoré le film et je n’ai pas vu le temps passer, mais j’étais mal à l’aise dès le début.

Villeneuve procède par simplification et soustraction, c’est sa méthode de cinéma pédagogique. Dans le cas de DUNE il y a un problème: le livre est une pédagogie de la complexité. Nous sommes face donc à un compromis magistral.

Un petit exemple de dé-complexification. Dans ses visions Chani appelle Paul « Usul » dans le livre, mais « Paul » dans le film. Visiblement Villeneuve a estimé que trois noms (Paul, Muad’dib, Usul) pour un seul personnage c’était trop. Mais on rate l’incompréhension de Paul devant l’étrangeté de ses visions, qui se demande si Usul c’est le nom d’une planète inconnue.

J’ai déjà commenté le cinéma « pédagogique » de Villeneuve, qui procède par simplification, soustraction, externalisation, et explicitation:

Le choix par Villeneuve de ne pas reproduire les monologues intérieurs qui occupent une grande partie du livre de Frank Herbert, et qui le complexifient artistiquement et intellectuellement, bien au-delà de la complexité de l’intrigue, va de pair avec cette méthode d’explicitation. Par exemple, dans la scène de l’épreuve du gom jabar au début les pensées de Paul sont transposées dans le comportement de Jessica.

Cette approche globalement comportementaliste, sauf pour les visions de Paul, nous offre une Jessica souvent aux abords de l’hystérie, ce qui ne reflète pas son statut de cadre supérieur dans la sororité des Bene Gesserit.

Cette même externalisation s’applique à Paul, dont le statut de mentat n’a pas pu être révélé ou exploré dans cette première partie. Son éveil à lui-même après le passage à travers l’orage est donc externalisé de façon décevante.

L’avantage de cette méthode pédagogique c’est de rendre accessible au grand nombre l’univers de DUNE et la trame du récit, mais la thématique souffre de cette réduction, notamment le thème de la complexité.

Cette dichotomie accessibilité/complexité se retrouve dans le traitement des personnages. Paul et Jessica sont des méta-humains, en fonction de leur génotype et de leur formation. Villeneuve a choisi de les humaniser pour les rendre plus accessibles.

Le choix des acteurs familiers c’est un choix pédagogique et humanisant, qui renforce cette accessibilité. Timothée Chalamet est un acteur de type accessible, il ne rayonne pas avec l’inquiétante étrangeté d’un multi-méta-humain. Villeneuve a choisi de rassurer plutôt que d’inquiéter.

Je n’ai eu aucun problème avec la « froideur » du film. DUNE est un livre cérébral et Villeneuve est fidèle au livre, ou du moins en phase avec, en nous offrant un film cérébral. On peut regretter qu’avec les technologies modernes il n’est pas allé plus loin dans la cérébralité, préférant la sacrifier partiellement à l’accessibilité.

La cérébralité c’est la vrai Épice. Tout est une question de dosage.

On peut se rappeler qu’à la sortie du film AVENGERS ENDGAME des commentateurs américains le saluaient comme un film « intelligent », supposément beaucoup plus qu’un film d’action ordinaire. C’était ridicule, mais ça exprimait une aspiration, une attente (malheureusement non-remplie). Villeneuve crée des films intelligents, et c’est déjà beaucoup.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

François Laruelle’s A BIOGRAPHY OF ORDINARY MAN Introduction 3.1 Naiveté

From Philosophy to Theory 1: naiveté vs reflexivity, non-empirical experience, science does not construct but merges with its object, calculation (of predicates) vs thinking (with essences), breaking the correlationist circle – a version of the anthropo-logical difference, self-immunisation against criticism or the temporality of contemplation

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire