UN PLURALISTE NIÇOIS: Patrice Maniglier et l’héritage du structuralisme

Patrice Maniglier.

À la librairie Les Parleuses à Nice

Patrice Maniglier a échangé autour de son nouveau livre « La philosophie qui se fait« . Il a parlé des inspirations du livre: le structuralisme, le réalisme spéculatif, et le retour de la métaphysique après la régression humaniste, ou plutôt le retour DES métaphysiqueS au pluriel. Ses deux philosophes phare sont Spinoza, dont « la liberté de pensée est absolue », et Bruno Latour, « le plus grand philosophe vivant ».

Il a souligné sa fidélité à la fois au structuralisme et à un « pluralisme intégral ». Selon lui nous sommes pris dans des réseaux multiples, qui nous constituent. Ces réseaux sont tissés de différences, qui elles-même sont composées de différences. Donc pour lui les réseaux de différences sont antérieurs au, et déterminants du, sujet.

Nous ne pouvons pas imposer notre volonté ou nos intentions au réseau des structures, mais nous pouvons infléchir nos trajets. bifurquer. Ainsi il tente de réconcilier son parti pris en faveur de l’immanence et son refus du déterminisme.

Selon Maniglier, en dehors de ces orientations très générales (structuralisme, pluralisme, immanence), on ne peut pas dire grand-chose dans l’abstrait. Le philosophe aujourd’hui doit cesser de chercher un principe transcendent capable de tout expliquer. Il doit plutôt essayer d’analyser et d’explorer des cas concrets, par exemple le nouveau statut de la Terre, en tant qu’acteur à part entière dans le nouveau régime bio-géo-climatique.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s